Tour de France à la voile ; Alexia Barrier sans état d’âme

IMG_2225La navigatrice Alexia Barrier, à la tête de ses 30 Corsaires, poursuit sans état d’âme et avec un enthousiasme bon enfant sa découverte du Tour de France à la voile. De sa déception d’occuper à deux étapes de la fin la dernière place du classement général provisoire, la jeune femme ne laisse rien paraître, préférant positiver et profiter à plein d’une aventure sportive et humaine hors du commun. Malgré la fatigue accumulée depuis le départ de Dunkerque le 3 juillet dernier, tout l’équipage des 30 Corsaires affiche la même détermination de se batte jusqu’au bout, et de donner le meilleur de lui-même jusqu’à Nice, terme du Tour de France à la voile et base « historique » d’Alexia.

« Ma satisfaction, à quelques jours de l’arrivée, est que ,malgré l’adversité, jamais nous n’avons baissé les bras! » Alexia Barrier joue la franchise et la sincérité. Occuper la dernière marche du classement n’est guère satisfaisant pour un équipage aux compétences reconnues et habitué aux plus grandes gratifications sportives. « Nous connaissions dès le départ la complexité du challenge qui nous attendait » précise Alexia. « Le niveau du Tour est terriblement élevé et nous n’avons pour l’heure pas su cumuler l’excellence dans tous les domaines requis, cohésion, complémentarité, vitesse, inspiration. C’est à la fois décevant et paradoxalement très motivant, car nous savons que de régate en régate nous approchons cette alchimie magique. Nous attendons un déclic, et lutterons jusqu’au dernier bord pour l’atteindre. »
Cet esprit « corsaire » a solidement lié l’équipage malgré les contre performances. Le plaisir de courir sur les si véloces Diam 24 est intact, voire décuplé chez les Laurent Guillemette, Jean André Hébel, Mickael Mergui, et jusqu’à Louis Hecly et Bill Leclerc, aux petits soins du bateau, de l’équipage et du projet. « Régater ainsi au contact, sur des parcours courts ou côtiers, à bord de rapides petits trimarans qui ne demandent qu’à glisser est un pur bonheur. Cette expérience collective unique, précieuse dans une carrière, ne restera pas sans suite, même si mon objectif ultime demeure une participation au Vendée Globe. »

Les commentaires sont fermés.