Relations Presse

Les Relations Presse, késako?

Tout est dans le titre. Et pourtant, la pratique des Relations avec la presse est loin d'être évidente pour tout le monde. Beaucoup d'ambiguïtés se cachent derrière cette appellation, et même au plus hauts échelons des décideurs économiques ou politiques, il est étonnant de découvrir combien les a priori, lieux communs et autres images d'Epinal ont la vie dure.

Le mot Presse en lui-même recouvre aujourd'hui grand nombre d'activités en relations avec les media, majoritairement gérées par des journalistes, garant d'une certaine déontologie, c'est à dire d'une qualité vérifiée de l'information. La première approche dans un travail de relations avec  les média consiste donc à bien les identifier, par support (écrits, audio-visuels, internet…), et par vocation (sujets de prédilection).

Reste à les approcher, et à créer cette fameuse "relations". C'est là qu'intervient le professionnel en relations Presse, communément appelé "attaché de presse", bien qu'il ne soit souvent attaché qu'à celui qui l'emploie.

Il est un messager, un intermédiaire, un "go-between" entre un fait, un événement, une homme ou groupe d'hommes, et l'ensemble des media. Il est porteur de toutes les clés, de tous les angles, de toutes les facettes de l'information susceptibles d'intéresser un homme de presse et de générer un rendu rédactionnel de sa part.

Oui, l'attaché de presse est un peu un commercial, en ce sens qu'il se doit de convaincre, de séduire, de présenter son sujet sous les angles les plus attractifs et les plus méritants pour qu'à son tour, le journaliste s'empare, s'approprie le sujet pour le traiter dans son media. L'attaché de presse devra s'adapter à ce média, et saura présenter son sujet sous l'angle le plus évident à traiter pour le journaliste en fonction de son support, écrit, radio ou télévisuel. On parle alors "d'angles", c'est à dire de la façon d'aborder une même histoire selon le point de vue le plus adapté au support visé, et en fonction de la sensibilité du journaliste et par dessus tout peut-être, de l'actualité du moment. certains sujets sont ainsi dits "porteurs", car en harmonie avec les thématiques du temps. C'est là encore une fonction importante de l'attaché de presse, identifier ces "angles", présenter ses sujets sous le jour le plus évident et incontournable pour le journaliste.

C'est donc bien une activité de "relationnel", en ce sens qu'elle induit un fort réseau de connaissances, tant les media sont riches de diversités et d'individus. C'est surtout un travail de persuasion, de conviction, de réactivité  et d'imagination. L'attaché de Presse n'est pas journaliste, mais il pense comme un journaliste, imaginant pour lui le bon angle d'approche, les ressorts les plus passionnants pour présenter son sujet. Il valorise le travail du journaliste en l'enrichissant de tous les tenats et aboutissants  périphériques à son sujet.
Complicité et confiance deviennent laors indispensable à une bonne pratique. L'attaché de presse doit en permanence gagner puis mériter dans la durée la confiance de ses interlocuteurs médias. Les journalistes doivent savoir que ses sollicitations, mêmes mues par une stratégie de communication, déboucheront sur une véritable histoire, sur un sujet complet, riche et passionnant.
Cette confiance suppose donc que l'attaché de presse travaille de son côté en confiance avec ses "donneurs d'ordre", ses commanditaires en quête de communication, mais qui doivent accepter que le media Presse ne se commande pas. Les Régies publicitaires sont là pour ça. Les journalistes sont respectés dans l'intégrité et l'indépendance de leur pensée. C'est pourquoi l'attaché de presse les sollicite avec discernement, en s'appuyant sur la conviction d'avoir à chaque fois une véritable histoire à proposer.