Halvard Mabire

Campagne de France sur tous les fronts

CdF BDDepuis sa mise à l’eau et sa première navigation inaugurale, en course lors de la classique Cowes – Dinard remportée le 5 juillet dernier, le Class40 Campagne de France multiplie les sorties d’entraînement et de mise au point. Halvard et Miranda ont ainsi rejoint Saint-Malo le week-end dernier où ils ont accueilli leurs amis navigateurs à l’arrivée de la Transat Québec Saint-Malo. Ils vont dès jeudi rallier de nouveau Cowes, dans le Solent anglais, pour prendre samedi le départ de la Channel race, une épreuve organisée par le Royal Ocean Racing Club, auquel appartient Miranda. Le duo de skipper de Campagne de France va enchaîner tout l’été les régates en course, afin de se présenter au meilleur de sa forme, à bord d’un Campagne de France parfaitement optimisé, au départ le 11 septembre prochain à Caen, de la Normandy Channel race 2016.

 

Trois régates en Aout

Le Royal Ocean Racing Club est une institution de la voile Britannique des plus vénérables, organisateur depuis plus d’un siècle des plus grandes régates classiques en Manche et en Atlantique. L’intense programme de course qu’il offre durant l’été est mis à profit par Halvard et Miranda pour multiplier les navigations, en compétition et face à d’autres Class40. Après une victoire début juillet dans leur catégorie lors de la course Cowes-Dinard, Halvard et Miranda souhaitent poursuivre cet excellent apprentissage de leur nouvelle monture à l’occasion de trois épreuves du calendrier Britannique, à commencer par la Channel race le 30 juillet prochain, course de 140 milles nautiques au départ de Cowes. Ils repasseront début aout par la case « Cherbourg » avant de se présenter de nouveau le 14 aout sur la ligne de départ d’une nouvelle épreuve originale qui ralliera depuis Cowes le phare de Wolf Rock, à la pointe occidentale de l’Angleterre, Ouessant puis Saint-Malo où l’arrivée sera jugée aux alentours du 17 aout. « Près de 400 milles de navigation en Manche, sur le parcours qu’empruntera la Normandy Channel race en septembre… » explique Halvard, « … de quoi nous mettre dans le bain de cette NCR au départ de Caen qui nous tient particulièrement à coeur. »

 

Campagne de France prendra part à une troisième course, le vendredi 2 septembre, un sprint entre Cowes et Cherbourg, toujours sous l’égide du RORC.

 

Une Normandy Channel race exceptionnelle

La Normandy Channel race est une épreuve exclusivement réservée aux monocoques de la Class40. Elle se court en double selon un itinéraire qui conduit les équipages depuis Caen vers  le Solent anglais, la pointe de la Cornouaille, en Mer d’Irlande et au Fastnet, avant de revenir à Caen-Ouistreham. 1 000 milles d’une navigation au plus près des côtes, terriblement technique et stratégique. La 7ème édition, départ le 11 septembre prochain, connait une montée en puissance spectaculaire puisque pas moins de 30 bateaux sont d’ores et déjà inscrits, rassemblant la crème des navigateurs de la classe.

 

« Le bateau répond à toutes nos aspirations. Il faut nous confronter le plus possible à la concurrence afin de connaître exactement nos potentiels. C’est l’objectif de cet été. » poursuit Halvard. « Il reste de nombreux détails à mettre au point, notamment en terme d’électronique et d’informatique. Il nous tarde d’être au départ de la Normandy Channel race pour réellement découvrir ce que notre nouveau Campagne de France a dans le ventre… »

 

 

Programme estival de Campagne de France

 

27 ou 28 juillet – départ pour l'Angleterre

30 juillet – départ  de la RORC Channel Race (100 – 140 milles nautiques)

Retour Cherbourg vers le 2 aout. 

11 ou 12 aout – départ pour Hamble/cowes

14 Aout départ Cowes>Wolf Rock>Ouessant> Saint Malo

16 ou 17 aout – Arrivée Saint Malo

18/ 20 aout – retour Cherbourg 

31 aout/ 1er septembre – départ pour l'Angleterre

2 septembre – départ RORC Cowes – Cherbourg

3 septembre – arrivée Cherbourg

4 – 7 septembre – Préparation Normandy Channel Race + convoyage a Caen

11 septembre – départ Normandy Channel Race

En route pour Cherbourg

CdF CaenLe long chantier Caennais de la construction du nouveau Class40 Campagne de France d’Halvard Mabire et Miranda Merron touche à son terme. Dûment jaugé et doté de l’intégralité de ses équipements, le plan Mabire-Nivelt n’attend plus qu’une météo favorable pour quitter le chantier V1 D2, descendre le canal de Caen et mettre le cap sur son port d’attache, Cherbourg. Un soulagement et une délivrance pour le duo de skippers de Campagne de France, au four et au moulin depuis des mois pour terminer eux mêmes la construction du voilier. Place désormais à la navigation, aux premières sensations et à l’exercice dans lequel Halvard et Miranda excellent, la mise au point et l’optimisation de leur prototype. L’été sera studieux. De concepteur, puis constructeur de voilier, le couple de navigateurs anglo-normands va, avec un plaisir non dissimulé, abandonner le bleu de chauffe pour  leurs cirés de marins. La Class40 ne s’est jamais aussi bien portée et Campagne de France compte, après ses brillantes prestations passées, y prendre toute sa place, à commencer dès septembre prochain par une course chère aux coeurs d’Halvard et Miranda, la Normandy Channel race qui vient d’enregistrer son 28ème participant.

« Nous avons hâte de prendre la mer et découvrir ce nouveau bateau dans lequel nous avons tant investi! » Halvard et Miranda tournent avec bonheur la longue page de la construction de leur Class 40 Campagne de France, dont les premières esquisses datent de la fin de la dernière Route du Rhum, à l’hiver 2014. « Nous profitons jusqu’au dernier moment de la logistique du chantier V1D2 à Caen » explique Halvard, « avant de rejoindre notre base Cherbourgeoise d’où il nous sera facile d’entreprendre toutes les navigations tests dont nous avons besoin. » Campagne de France devrait, en fonction de la météo, quitter Caen demain mardi ou mercredi. Harvard et Miranda vont profiter au maximum des 74 milles nautiques qui les séparent de Cherbourg pour débuter leur campagne d’essais et apprécier la pertinence de leurs choix architecturaux. « Nous envisageons une première transmanche dès la fin de la semaine, tous les deux à bord de notre beau Campagne de France. Cette construction nous a exténué et nous allons profiter de l’été pour nous remettre à pratiquer notre sport, la voile, tout en récupérant des fatigues de l’hiver passé dans le confinement des chantiers… »

La Normandy Channel race, départ de Caen le 11 septembre 2016, constitue pour Halvard, Miranda et Campagne de France, un événement incontournable. Une trentaine de Class40 sont attendus, soit un record de participation à cette épreuve singulière réservée au double, et qui investit les rivages de la Manche, de la Mer Celtique et d’Irlande avant de revenir à Caen.

 

Campagne de France ne participera pas à la Transat Québec Saint Malo cette année

bapteme 2Halvard Mabire, double vainqueur de la Transat Québec Saint Malo en Class40 depuis ses succès en 2008 et 2012, recordman de l’épreuve de surcroit (en 11 jours, 17 heures et 30 minutes – en 2012), et aussi recordman de la meilleure performance sur 24heures en Class40 à l'occasion de cette transat (360 milles – 15 noeuds de moyenne) ne sera pas en mesure d’acheminer dans les temps son tout nouveau Class40 Campagne de France à Québec.

Mis à l’eau le 6 juin dernier, le plan Mabire-Nivelt reçoit depuis ses dernières finitions à Caen. Les premiers contrôles de jauge effectués en début de semaine devront faire l’objet d’une nouvelle visite du jaugeur, qui ne peut être programmée avant le 27 juin prochain étant donné les disponibilités de celui-ci. Trop tard pour espérer rallier le Québec à temps pour prendre le 10 juillet le départ de la 9ème édition de cette grande classique océanique disputée d’ouest en est.

« Nous travaillons en équipe réduite, Miranda, Sébastien et moi même, avec l'appui de V1D2, et d’arrache pied, depuis des semaines pour tenter de nous aligner au départ de cette course qui nous tient tant à coeur. » explique Halvard. « Nous avons, avec nos moyens, choisi de construire un bateau que nous souhaitons bien évidemment performant, mais aussi solide et fiable. Cela prend du temps et il y a des étapes que nous ne pouvons brûler. Campagne de France doit débuter très prochainement ses toutes premières navigations, mais il y a forcément une période de fiabilisation avant d'affronter l'Atlantique Nord au près, pour pouvoir traverser sereinement et s'aligner au départ d'une course transatlantique avec quelque chance de succès. Nous n’aurons pas le temps matériel nécessaire pour tout cela, sauf à nous faire télétransporter de l'autre côté de l'Atlantique, mais un Class40 ne rentre pas dans une boite mail. Cette course nous a souri déjà à deux reprises, dont cette belle victoire de 2012 en compagnie de Miranda et de Christian Bouroullec et sous les couleurs de Campagne de France. Il nous peine énormément de ne pas pouvoir défendre notre titre cette fois-ci. Le bateau semble bien né, dans la mesure où la mise à l'eau et les premiers contrôles de jauge ont confirmé les chiffres prévus, et il nous tarde de le tester en configuration course, si possible à côté d'autres Class40. »

« Nous manquons cette Transat Québec Saint Malo, mais nous étudions actuellement un programme estival qui nous permettra de courir bord à bord avec des Class40 performants, étant donné qu'il y en a quelques uns qui sont restés dans les eaux Européennes.
Si les grandes classiques européennes, n'ont pas un caractère transocéanique comme les transats, elles offrent néanmoins l'avantage de la course "au contact", c'est à dire à vue des autres bateaux, ce qui aura pour nous l'avantage de pouvoir nous étalonner plus rapidement qu'à l'occasion d'un convoyage ou d'une traversée océanique, même en course.
Notre déception de ne pas participer à la Transat Québec Saint Malo ne peut disparaître, mais au moins elle s'estompe un peu en pensant que nous allons pouvoir préparer sereinement notre prochain grand rendez-vous Class40, la Normandy Channel Race, qui part de Caen le 11 septembre prochain et où une trentaine de Class40 sont attendus, avec toutes les meilleures pointures.
Même si cette course se déroule dans des eux qui nous sont familières, cela ne nous fera pas de mal d'aller quand même réviser nos gammes à l'occasion de courses qui empruntent des portions de parcours de la Normandy Channel Race. La Manche, le Solent, la Mer d'Irlande, terrain de jeu de la Normandy Channel Race, sont parmi les plus complexes du Monde à cause des marées, des courants, des hauts fonds et autres embûches, et nous n'auront jamais assez d'une vie pour en déchiffrer tous les pièges.

Nous vous ferons connaître notre programme très prochainement et qui sait, nous aurons ainsi peut-être l'occasion de passer plus près de chez vous ou de votre lieu de vacances.

A très bientôt

Halvard Mabire

Construction du Class40 Campagne de France

Halvard chantierHalvard Mabire, l’homme aux compétences multiples.

En signant une magnifique 6ème place à Pointe à Pitre lors de l’édition 2014 de la Route du Rhum, Miranda Merron mettait un point d’orgue à la belle carrière du Class40 n°101 Campagne de France, un Pogo S2 lancé en 2011 et vainqueur notamment de la Transat Québec Saint Malo en 2012. L ‘évolution des nouveaux prototypes de la Classe éloignait inéluctablement, et malgré le perpétuel travail de mise au point réalisé par le duo de skippers de Campagne de France, ce glorieux voilier des podiums. Halvard et Miranda se devaient de lier leur avenir sportif à une nouvelle monture. Ils décidaient dès leur retour de Pointe à Pître, de se lancer dans l’aventure d’un nouveau bateau pour espérer jouer les premiers rôles.

Le choix de la maîtrise d’oeuvre

«  Plusieurs solutions s’offraient à nous »  explique Halvard ; « Une option, dite « de facilité », avec l’achat d’un voilier d’occasion très récent et performant clé en main. Problème : de tels prototypes ne sont pas légion, et assez onéreux.  Ils supposent surtout que l’on dispose de la trésorerie nécessaire pour pouvoir bien négocier et payer la totalité à l’achat. Ensuite, il nous était possible d’utiliser plans et moules d’un prototype dernier cri pour faire un bateau neuf. Mais cette solution, probablement la plus facile et la plus fiable est aussi la plus onéreuse. Enfin, et c’était sans doute l’option la plus risquée, il nous était possible de décider de prendre totalement  notre destin en main.

Imaginer, concevoir et construire avec nos moyens, le voilier fruit de nos réflexions et de nos expériences. Avec le soutien indéfectible de notre partenaire Campagne de France, c’est cette troisième voie que nous avons choisie, en toute connaissance de cause. Le facteur économique en est une des explications ; nous ne disposions pas de l’assise financière pour confier la totalité de la construction ex nihilo à un chantier ayant pignon sur rue, mais aussi et surtout, même si nous savions que nous nous engagions dans une voie difficile, nous avions confiance dans notre capacité, à Miranda et moi ensemble, d’arriver à relever ce défi.

Nous savions qu’au bout de ce parcours difficile, nous pouvions espérer ressentir la satisfaction de la création, infiniment plus gratifiante que le simple geste de l’achat d’un produit fini « clefs en main ». Il est important dans la vie de créer et construire, même si cela comporte des risques et nous sommes infiniment reconnaissants à notre partenaire Campagne de France de nous avoir suivi en toute confiance dans cette voie. Notre projet s’inscrit dans la droite ligne de notre identité et de notre personnalité et même si ce n’est pas toujours drôle sur le moment, le goût de l’Effort et de la création est une valeur forte que nous partageons pleinement avec nos partenaires. Nous avons aussi souhaité, quitte à injecter des fonds dans cette économie nautique, de le faire ici, en Normandie, auprès des compétences locales. Je construits et interviens sur la conception de bateaux depuis plus de 40 ans, et j’ai aussi vu la chance de mettre dans ce dernier projet toute mon expérience, toutes mes aspirations. C’est un peu la chance d’une vie qui m’est offerte ici et que je m’efforce de concrétiser. »

Au four et au moulin

Halvard et Miranda se sont ainsi mis au travail début 2015. Avec l’aide de l’architecte Bernard Nivelt pour la carène, Halvard s’est basé sur son expérience pour concevoir et dessiner tous les éléments du Class 40. Le duo de skippers de Campagne de France s’est associé avec le chantier Shoreteam à Caen pour y construire les moules et les pièces du gros œuvre : coque, pont et structure interne, et ensuite assemblage de ces éléments. Fin 2015, « la boite était fermée », c'est-à-dire que la coque et le pont étaient assemblés, ainsi que tous les éléments de structure interne. Limités dans leurs moyens propres, Halvard et Miranda consacrent depuis le tout début de la construction la totalité de leur temps, sept jours sur sept, sans décompte de leurs heures et de leur énergie, à assembler avec le professionnalisme et la minutie qui font leur réputation, l’immense puzzle de leur voilier de course. Avec l’aide du seul Sébastien Lepoetre qui les a rejoint en décembre 2015, Halvard et Miranda sont au four et au moulin, tout autant à la planche à dessin (ou plutôt l’ordinateur) que les mains dans la colle pour peaufiner poste par poste l’élaboration du bateau. La tâche est immense pour une équipe aussi succincte. Bien que quelques professionnels interviennent sur des postes aussi spécifiques que l’électricité, l’électronique, ou la peinture et la finition qui sont réalisées par le chantier V1D2 à Caen, ainsi que l’assemblage de la quille et toutes les manutentions, ce sont bien les deux marins de Campagne de France qui construisent de leurs mains  le bateau de leurs rêves.

Transat Québec Saint Malo pour une première course

Le bout du tunnel en ce début de printemps est là, et Campagne de France troisième du nom, prototype N° 147, sera prochainement baptisé en Normandie. Point le temps de s’attarder au large des rivages normands cependant. L’actualité sportive appelle Halvard et Miranda de l’autre côté de l’Atlantique où sera donné depuis Québec le 10 juillet prochain le départ de la Transat Québec Saint Malo, 9ème édition. Les Class40 y seront une nouvelle fois la catégorie de voiliers de course la mieux représentée, avec un plateau relevé tant en quantité qu’en qualité, et pas moins de 19 unités inscrites. Double vainqueur de l’épreuve, tenant du titre et recordman de la course avec Miranda, Halvard ne voudrait pour rien au monde rater ce grand rendez-vous de la course au large. Campagne de France n’aura qu’une transat en convoyage pour se rôder avant le grand sprint retour  vers la France depuis la Belle Province. Il faudra donc compter sur les talents de préparateurs et de metteurs au point d’Halvard et Miranda pour palier le manque de mise au point et d’optimisation du Class40. Jusqu’à présent le duo a toujours réussi à mettre à l’eau des bateaux bien au point et qui n’ont jamais demandé de remise en chantier ou de modifications après les premières navigations. Viendra en septembre l’heure d’une grosse confrontation lors d’une autre course chère au coeur de Campagne de France, la Normandy Channel race.

 

Grandes dates :

 

Juin : mise à l’eau et baptême.

Juin : Convoyage Cherbourg- Québec City

10 juillet : départ de la transat Québec Saint Malo

11 septembre : Caen : départ de la Normandy Channel race.

 

Retrouvez-nous sur :

Facebook.com/campagnedefrance

ou

facebook.com/HalvardMabireandMirandaMerronSailingteam