Stan Maslard

Stan en escale à Lanzarote

Lundi 18 novembre 2013

Stan en escale à Lanzarote

Stan est arrivé hier soir vers 22 heures à Puerto Calero aux Canaries. Cet arrêt était attendu, tant le petit déficit de vitesse de Stan suite à un arrêt brutal de sa course samedi faisait l'objet de toutes les spéculations.


1424549_10152007234014293_188042720_nC'est un Stan très fatigué, exténué même que nous avons brièvement joint au téléphone. Le cap et la vitesse incohérentes enregistrés vendredi dernier correspondaient en réalité à un gros "vrac" du bateau ; dans une mer très formée, 5 mètres de creux, et du vent à plus de 30 noeuds en rafales, Groupe Sefico s'est couché. Le bateau est demeuré longtemps sur la tranche, le bout de spi coincé dans les safrans, plaquant littéralement le bateau sur la surface de l'eau. Stan a dû plonger sous le bateau malgré les conditions qu'il qualifie de "dantesque", et libérer ce bout, afin de redresser le voilier. Remonter à bord a exigé des efforts surhumains. Privé de gennaker, balcon avant arraché, Stan a repris la route que nous avons tous suivi, sous grand voile et solent, une voile absolument pas adaptée au régime de vent d'alizé, ce qui explique son déficit de vitesse vis à vis de ses concurrents immédiats.
Stan se démène aujourd'hui pour trouver de quoi réparer. Il lui faut trouver des bouts pour refaire les amures de ses voiles, et ses écoutes de spi.
Son moral n'est certes pas au beau fixe, mais l'envie de repartir est bien là….

S’arrêtera, s’arrêtera pas??

Dimanche 17 novembre 2013

S'arrêtera, s'arrêtera pas??

Les premiers concurrents de la Mini Transat, dans le sillage du leader pour l'heure incontesté Giancarlo Pedrote (Prysmian) ont contourné l'île de Lanzarote, passage obligé avant de traverser l'Atlantique en direction de  la Guadeloupe et Pointe à Pitre.

Stan portraitvgntDéjà un premier protagoniste, et non des moindres, en la personne de Nicolas Boidevezi a choisi de faire escale à Puerto Calero afin de remettre en parfait ordre de marche son POoto N°719 Nature Addicts. Ralenti depuis quasiment deux jours, Stan Maslard, s'il a repris un rythme de course plus qu'acceptable, avec 206 milles parcourus ces dernières 24 heures, à plus de 8 noeuds de moyenne, n'est a pas moins concédé énormément de terrain sur des adversaires hier encore situés dans son tableau arrière. Le remarquable espagnol Bruno Garcia, équipier de Jean Le Cam lors de la Barcelona World Race, pare en ce milieu d'après midil'île de Lanzarote.  Il était voici 36 heures classé derrière Groupe Sefico. Stan a vraisemblablement connu un problème technique dont on ignore la nature. A t'il réparé de manière satisfaisante et ménage t'il sa monture avant d'attaquer la traversée de l'Atlantique? ou son Proto signé Lombard est il encore handicapé, au point de l'obliger à respecter lui aussi un arrêt au stand? La réponse interviendra cette nuit. Groupe Sefico navigue à bonne allure, 9,7 noeuds à quelque 70 milles de Puerto Calero. Il est toujours pointé en 8ème position de la flotte des Protos.

Stan au ralenti

SStan mas Sada2amedi 16 novembre 2013

Stan ralenti

Ce qui apparaissait hier après midi comme un empannage stratégique, avec ce cap plein ouest associé à une toute petite vitesse, s'avère avec le recul et à l'examen de la progression de Groupe Sefico ces dernière 24 heures, comme l'instant où un soucis dont non ignore la nature est survenu.

Si le cap suivi par Groupe Sefico, droit sur la marque de parcours de Puerto Calero aux Canaries atteste de la capacité du Proto 850 à demeurer en course, sa vitesse, loin d'être calamiteuse au demeurant, n'en a pas moins considérablement chuté. En témoigne le retard concédé en ce samedi après midi sur Bruno Garcia (N°240 Sampaquita), hier encore dans le sillage de Groupe Sefico, et qui a cette nuit pris la poudre d'escampette pour pointer désormais plus de 30 milles devant Stan. Le skipper Havrais de Groupe Sefico conserve sa 8ème place, mais la tête de la flotte toujours emmenée par le supersonique Prysmian, (aka Magnum) à l'italien Giancarlo Pedrote, évolue à plus de 130 milles du plan Lombard bleu. Stan est à l'évidence aux prises avec un soucis dont on ne peut deviner la nature. La Mini Transat, et c'est sa glorieuse spécificité, se dispute sans moyens de communication embarqués, téléphone satellite ou moyens iridium… Seule la balise embarquée permet à la direction de course de savoir en instantanée si le coureur solitaire demande ou non assistance. Tel n'est pas le cas pour Stan, et entre soucis de safran ou de voile d'avant, ses supporters terriens en sont réduits à toutes les supputations.

Le passage d'ici une trentaine d'heures à Puerto Calero, Lanzarote aux Canaries, permettra peut-être aux pointeurs de l'organisation de glâner quelques éléments de réponse. Stan va devoir d'ici là gérer une oscillation de l'alizé au secteur nord, voire nord nord ouest, associée à un léger renforcement. Plus que jamais, l'angle de descente au vent va s'avérer cruciale pour maintenir une bonne vitesse et conserver, avec l'évacuation espérée des soucis du jour, de bonnes chances d'entamer la traversée vers les Antilles en bonne position au classement général provisoire…

En quête de pression

Stan depart2Vendredi 15 novembre  2013

En quête de pression

Stan Maslard et son Groupe Séfico ont dévoré les alizés portugais à toute allure, dans le sillage du, pour l'heure, intouchable leader, l'italien Ginacarlo Pedrote à la barre du voilier tenant du titre, le fameux Magnum vainqueur en 2011 aux mains de son architecte de pilote David Raison, et dénommé cette année Prysmian.

Les premiers 500 milles de course depuis le départ mercredi matin de Sada ont été avalés à toute vitesse dans un alizé bien établi, et sur une mer forte à désordonnée. Derrière Prysmian, un petit groupe d'outsiders se distingue, au sein duquel évolue Stan et Groupe Sefico, déjà pointés 8ème à 85 milles du leader. Parti sagement au plus près des côtes ibériques, Stan s'est progressivement recalé dans l'ouest, cherchant à l'évidence plus de pression. Il a effecctué en milieu de journée un premier empannage tactique, certes pénalisant en gain vers la marque obligée de Puerto Calero, mais qui permettra à Groupe Sefico de débouler plus tard, suite à un nouveau contre bord,  avec un meilleur angle au vent, en bâbord amurre dans l'alizé.

Ce petit peloton de tête, après le cruel retrait du grandissime favori Gwénolé Gahinet, contraint ce matin d'abandonner son proto qui menaçait de chavirer suite à un problème de quille, rassemble les ténors de la flotte, tous marins expérimentés ayant déjà au moins une fois disputé la Mini, à l'instar des Boidevezi, Delesne, Fermin et autre Pedrote. Les places vont être chères ces prochains jours. La préservation au matériel et au bonhomme sont à n'en pas douter les mots d'ordre à bord de Groupe Sefico, afin de conserver la lucidité et effectuer à bon escient les importantes manœuvres de placement comme celle réalisé en ce milieu d'après midi par Stan à quelques 430 milles des Canaries.

Photo Christophe Breschi…