Industry

Le port de Carentan récompensé en Angleterre

11092015-097Le port de Carentan s’est vu décerner le Trophée des lecteurs du magazine Britannique Sailing Today dans la catégorie meilleur port/marina d’Outre Mer. Ce prix a été remis vendredi 11 septembre à Xavier Grawitz, représentant la Communauté de Communes de la Baie du Cotentin, gestionnaire du port, dans le cadre prestigieux du Southampton Boat Show, premier salon à flot de Grande Bretagne avec plus de 650 bateaux exposés (du 11 au 20 septembre), par Sam Fortescue, rédacteur en chef du magazine.

Les lecteurs du magazine Sailing Today étaient jusqu’au 23 aout dernier, invités à se prononcer sur les meilleures offres et prestations de l’industrie nautique, bateaux, accastillages, personnalités, équipements, clubs et destinations, soit 12 catégories différentes. Le port de Carentan l’emporte ainsi dans la catégorie « best overseas Marina/harbour », meilleur port d’Outre Manche. En janvier dernier, le magazine avait publié à la signature de Brian Ferguson un dossier très complet et largement illustré sur le port de Carentan et ses spécificités. La capitale des Marais (sic) y était dépeinte sous tous ses atours, soulignant la singularité de son emplacement au coeur des marais du Cotentin, la richesse de son histoire, le calme et la qualité de son accueil.

« C’est une reconnaissance qui nous touche particulièrement, car venant de nos voisins anglais » déclare Xavier Grawitz, vice-président de la communauté de Communes de la Baie du Cotentin en charge du nautisme ; « Les lecteurs Britanniques ont été sensibles aux atouts que nous mettons en avant depuis plusieurs années, la beauté de notre site si proche des marais, la qualité de nos infrastructures d’accueil quasiment en centre ville, et cette porte ouverte sur la Normandie séculaire si chère aux plaisanciers Français et internationaux. L’accès si particulier à notre port depuis la Baie des Veys y est présenté comme un atout, avec cette navigation sur la Douve, le pont canal et le bucolique bassin à flot, véritable havre de paix proche du centre ville… »


Le port de Carentan :

• Nombre d’anneaux dans le port 350 dont 50 réservés aux bateaux « visiteurs »

• En 2014 le port a enregistré 289 « bateaux Visiteurs » de différentes nationalités France, Royaume- uni, Pays Bas,  Belgique, Allemagne (à noter une fréquentation plus importante des pays nordiques cette année)

• Distribution de carburant  (GAS-OIL) tous les jours

• Grue de matage gratuite, élévateur à bateaux de 35Tonnes, grue sur demande, chantiers navals avec shipchandlers sur place.

• Tous commerces à moins de dix minutes à pied (Centre ville).

• WI-FI accessible depuis l’ensemble des pontons avec un accès gratuit.

• Installations offertes :

• Amarrages sur ponton et catways avec fourniture d’eau et d’électricité.

• Capitainerie ouverte 7 jours sur 7 toute l’année avec 20 blocs de douches, lavabos et toilettes, salle de repos avec accès internet gratuit.

• 3 blocs douches et toilettes accessibles 24h/24h avec codes, un situé à proximité de la capitainerie pour la nuit, 1 autre situé quai de Caligny à proximité de la zone de carénage pour les plaisanciers qui ont mis leurs bateaux à terre et enfin un nouveau bloc implanté cette année en face le ponton « visiteurs » avec un accès et des installations adaptées aux personnes à mobilité réduite.

 

Pontos ; ce sont les Pros qui en parlent le mieux !

Banque image embarquee avec Le Class 40 GDF SUEZ de Sébastien RoguesA quelques jours du départ de la 5ème édition de la Normandy Channel Race à Caen (départ dimanche 25 mai), les protagonistes de la Class40 découvrent et adoptent les winches Pontos, déjà utilisés avec succès depuis près d’un an par Sébastien Rogues sur GDF Suez.

C'est un Sébastien Rogues enthousiaste qui s'engage dans sa seconde participation à la Normandy Channel Race. Tout auréolé de sa victoire dans la Transat Jacques Vabre, et plus récemment du Grand Prix Guyader, le skipper de GDF-Suez, qui fera pour l'occasion équipe en double avec Bertrand Castelnérac, n'échangerait ses winches Pontos pour rien au monde. Son analyse est sans appel ; au large comme en côtier, l'apport de Pontos sur un voilier de course est déterminant.

"La première chose qu'on recherche sur un winch est sa fiabilité" explique sébastien.  "Pour Pontos, c'est une chose acquise. Puis vient la performance, c'est à dire, ce que le winch peut apporter à la performance du bateau. Clairement, forts de notre expérience en course, nous pouvons affirmer que les 4 vitesses de Pontos sont un avantage énorme, un vrai plus…
Lors de tous les envois de voiles, et les longues manœuvres qui exigent un gros travail d'embraque, la vitesse la plus haute d'un Pontos embraque deux à trois fois plus vite qu'un  winch normal. C'est cela qui nous intéresse pour enrouler les voiles d'avant, border les génois, ou envoyer la Grand Voile. Pontos agit comme un « overdrive » qui fait gagner du temps. Les colonnes de winches sont interdites en Class 40 et Pontos vient palier ce manque. Des qu'on cherche à enrouler les voiles d'avant, ou les gennakers, plus on enroule vite, et moins les voiles faseyent, et donc se préservent des risques de dégradation ; Pour cela,  Pontos est intéressant au large et pas seulement en régates où on multiplie les changements d'amures. Cet un avantage précieux pour la préservation du matériel.
Je trouve par ailleurs très bien qu'une entreprise « made in France » innove ainsi. J'aime l'idée de soutenir les initiatives comme celles de Darryl et Michel (Darryl Spurling et Michel Chenon, fondateurs de Pontos NDLR).
Pour la Normandy Channel Race, il me manque deux winches pour être vraiment « full Pontos ».  Je les attends avec impatience. J'ai actuellement deux winches de mât et deux winches dans le cockpit. Tous les équipiers qui  naviguent avec moi depuis la mise à l'eau en mars sont unanimes. C'est vraiment génial. Les équipiers de M34 comme Bertrand Castelnérac (Courrier Dunkerque) qui travaillent à l'embraque estiment que le produit est top."

"Pontos est un super produit pour le régatier lambda. Le Grinder décuple la vitesse de winch, et le Trimmer réduit la force. En tant que navigateurs professionnels, nous avons le temps de faire de la musculation, mais « Monsieur tout le monde » trouve souvent les winches durs. Avec Pontos, on peut demander à Madame de border le génois, même dans 25 noeuds de vent… et ceci dit sans machisme aucun. "
"Pontos pallie nos problèmes de régatiers, qui cherchent la vitesse et la précision. Les micro-réglages sont très intéressants avec Pontos. Et le régatier amateur peut aussi régler finement sans utiliser une force d'athlète, et pour un prix tout à fait concurrentiel.
Les équipes de Pontos sont très réactives, intelligentes et passionnées. Une vraie « start up » qui mérite qu’on la soutienne… ".

Pontos affirme sa présence auprès des skippers de la Class40. La Normandy Channel Race verra ainsi deux autres concurrents bénéficier du considérable apport en vitesse des winches Pontos ; il s’agit de Brieuc Maisonneuve sur Groupement Flo, et Maxime Soprel sur MS-Sailing Team.

Photo : Christophe Breschi – GDF Suez

 

Pontos amorce son développement international

image007A l'heure où la société malouine Pontos livre depuis la mi-avril ses premiers winchs les plus rapides du marché, son implantation européenne prend doucement mais méthodiquement son envol. Si le marché français représente environ 20% des ventes anticipées sur le secteur de la seconde monte, c'est bien en Europe que l'entreprise créée en 2009 par Michel Chenon et Darryl Spurling envisage le plus fort de son développement. Un réseau de revendeurs et de représentants se met dès à présent en place sur le pourtour méditerranéen, en Europe du nord, mais aussi en Angleterre dont l’activité voile semble mieux qu'ailleurs résister à la crise. Pontos était ainsi le 12 avril dernier au contact des acteurs de la Class 40 Britannique, et plus récemment en démonstration lors du rassemblement organisé par Universal Marina dans la rivière Hamble.

"Nos présentations devant un grand nombre de régatiers britanniques de nos modèles "Grinder" pour la vitesse, et « Trimmer », pour la puissance, ont été plus que concluantes" explique Christophe Quesnel, responsable commercial de Pontos. "Les réactions des pratiquants Britanniques à l ‘usage sont unanimes et confirment le bon positionnement de nos produits, à destination des plaisanciers en quête d'un peu plus de souplesse et de facilité dans les manoeuvres, mais aussi en faveur des régatiers auxquels le Trimmer apporte la puissance voulue. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec les architectes de premier plan Merfyn Owen et Jason Ker qui se sont eux aussi déclarés fort agréablement surpris par le confort et l'efficacité apportés par les winchs Pontos."
La société Malouine va ainsi multiplier les rencontres et démonstrations au plus près de son public d'utilisateurs potentiels, en France comme à l’international. Ainsi que le souligne à l'envie Darryl Spurling, co-fondateur de Pontos, "c'est bien l'utilisateur qui nous intéresse, afin d'apporter une solution au marin, et pas seulement à son bateau. Les winchs Pontos sont destinés à prolonger le plaisir de la voile pour tous ceux que le manque de puissance peut rebuter ;  Nous nous adressons au client exigeant qui n'a pas le produit qu'il recherche, en terme de confort, ou de vitesse. Historiquement, les régatiers changent de winches que lorsque ce dernier  ne fonctionne plus. Avec notre winch, on change parce qu'on a envie de changer. Nous créons notre marché, en allant vers les gens qui ont envie, pour la performance ou le confort, de changer leurs winches originaux."
Confortable et intuitive, la gamme winch Pontos a été conçue pour répondre aux différents besoins, qu'ils soient en matière d'efforts à fournir dans la manivelle ou de vitesse d'embraquage du bout. Les winchs Pontos possèdent 4 vitesses automatiques. Le TRIMMER® favorise la réduction de l'effort sur la manivelle face à une forte charge exercée, le GRINDER® permet lui, d'avaler 70 cm de bout pour un tour de manivelle en vitesse 1, soit 30% de mieux qu’une colonne de moulin à café.

 

Innovation ; Pontos invente le winch rapide et facile

Pontos bout rougevgntPontos, société Malouine qui emprunte son nom à une dignité grecque de la mer et de l’eau, commercialise en ce printemps 2014 le premier winch à vitesses automatiques, qui change de rapport de démultiplication en fonction de la tension exercée par le cordage. De conception 100% française, et de fabrication 100% européenne, les winches Pontos représentent une avancée majeure dans la technologie de ces treuils servant au réglage et à l'établissement des voiles d'un bateau, en offrant aux régatiers comme aux plaisanciers, plus de vitesse, et plus de confort. Quatre brevets ont été déposés pour protéger le système, conçu avec les  ingénieurs de Pontos, aidés par l'Insa de Rennes, l'Ensta de Brest et l'ENS Cachan Bretagne de Rennes. Au terme de 4 années d'études, de recherche, de développement et d’industrialisation, Pontos entre, en ce début d'année, dans la phase concrète de son implantation sur le marché du winch avec la livraison en France comme à l’étranger de ses premières commandes.

L’aide aux plaisanciers
« Il n'y a pas eu d'innovation dans les winchs depuis plus de vingt-cinq ans », explique Michel Chenon, co-fondateur de Pontos avec le Britannique et malouin d'adoption Darryl Spurling. Les deux hommes s'associent en juin 2009 pour mettre au point une nouvelle génération de treuils, qui facilitent la manipulation des voiles et apportent à tous les régatiers, du plus haut niveau de la course au large au plaisancier "du dimanche", une aide considérable  dans ce secteur d'habitude très éprouvant de la navigation. Pontos se positionne clairement comme concurrent affirmé des winches électriques.
"Entre le winch électrique, et le winch « traditionnel, »  il y a la place pour quelque chose de moins onéreux, qui apporte une réduction d'effort conséquente" affirment en choeur Darryl Spurling et Michel Chenon. « Le winch n'avait pas évolué depuis 25 ans, et dans le même temps, la population des pratiquants vieillissait. Avec ce vieillissement, se pose le problème de la force physique pour naviguer ; L'apparition du winch électrique vient en réponse à ce constat. Notre sentiment a donc été conforté que cette population devrait pouvoir naviguer avec plus de confort. Le winch électrique est par ailleurs très onéreux. Mais il nous apparaît surtout que le « vrai » marin n'a pas envie d'appuyer sur un bouton pour régler ses voiles.  Il existe un réel plaisir à entendre le cliquetis d'un winch. La sonorité est importante, comme quand on frappe une balle de golfe, ou qu’on écoute le ronflement d'un moteur de Harley. Appuyer sur un bouton est fortement réducteur. » Pontos se positionne ainsi avec autorité sur ce segment de marché dit "de seconde monte", avec un message chargé d'enthousiasme et d'optimisme à destination des plaisanciers qui vont pouvoir retrouver intégralement la facilité de « wincher », et prolonger ainsi leur plaisir de la navigation.

Les régatiers aussi
Ce fut pour Darryl comme pour Michel une véritable surprise ; leurs recherches ont débouché sur une formidable découverte ; « La technologie qui pouvait apporter du confort pouvait aussi apporter de la vitesse. Ce fut une grande surprise dans nos recherches. On a vu qu'il existait une population de régatiers qui n'a pas besoin de confort, mais qui est intéressée par la vitesse. » explique Darryl. « Avec une même technologie, Pontos est en mesure d’apporter vitesse, et confort, soit deux fonctionnalités. Notre réflexion marketing est donc la suivante : choisir son winch non pas seulement en fonction du bateau, mais surtout, en fonction du marin. On introduit la notion d'utilisateur. Ce n'est plus exclusivement la longueur du bateau qui compte, mais les besoins du navigateur, confort ou vitesse. On focus sur le client, et pas sur son bateau… pas seulement sur son bateau. »
Et Michel Chenon de souligner ; « On a répondu parfaitement au cahier des charges d'aller chercher de la puissance pour le confort de l’usager. On a alors découvert en inversant un mécanisme, la technologie de notre « Grinder ». Ce Grinder est arrivé comme conséquence d'une réflexion au départ portée sur la puissance. Le marché de la vitesse pour les régatiers est plus étroit, mais très excitant car on apporte à la régate des technologies que l'on ne voit que sur des grosses unités de course. Le Grinder est une vulgarisation de cette technologie là, sans la lourdeur de l'installation. Les courses hauturières avec Sébastien Rogues (Vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre) démontrent notre fiabilité. Nous avons aussi nos bancs de test qui nous permettent de calculer nos usures pour sécuriser l'acheteur. Nous avons mené des investigations sérieuses sur la fatigue, le vieillissement, l'environnement salin de nos winches qui avec le temps, s’imposeront aussi pour leur fiabilité… »

Avec le début de la commercialisation des winches Pontos, Darryl Spurling et Michel Chenon mettent en place un réseau commercial, en France bien sûr, mais aussi en Europe du Nord, en Scandinavie, aux Etats-Unis et en Australie. Le réseau va s’étoffer progressivement, afin de se rapprocher toujours davantage des utilisateurs de Pontos.

 

Photo : Pierrick Contin